AssiégéEs le bog

LA MARCHE DES FEMMES, AU-DELÀ DES CHIFFRES SUIVI DE LA TRADUCTION DU DISCOURS D'ANGELA DAVIS

MARCHE DES FEMMES

é

Cette article est un extrait du numéro 2 de la revue, que vous pouvez commander ici

Tout d'abord, rappelons que cette marche est la vingtième du genre. Lors de la marche des suffragettes de 1913, le mouvement s'est déchiré sur la participation d'une délégation de femmes noires. Il a été décidé au final que les femmes blanches marcheraient devant, suivies des hommes blancs et à la fin de la marche des femmes noires. Bien évidemment celles-ci ont refusé ce "compromis" et ont choisi de manifester avec des groupes locaux. En 1970 il y a eu aussi une marche pour l'égalité de salaire, organisée cette fois par une militante noire Aileen Hernandez, effacée de l'histoire par Becky aka Betty Friedan qui en a retiré tout le crédit.

Algèbre politique : 1 million + 1 million + 1 million = zéro

Le 21 janvier 2017, la marche des femmes a mis plus de deux millions de personnes dans les rues aux États-Unis (il y a eu aussi des manifestations dans d'autres villes du monde, mais on ne sait trop dire si c'était contre Trump ou pour les droits des femmes). L'investiture de Trump n'est pas étrangère à ce succès numéraire, mais un autre élément est à prendre en compte : l'absence de ligne politique. Le but premier de cette marche était de faire du nombre, et pour cela il n'y a rien de mieux que "venez comme vous êtes", le self-service politique, qui conduit à un mélange des genres qui ne peut que laisser perplexe. Nous avons pu voir des blocs radicaux et anti-impérialiste côtoyer des féministes capitalistes, pro-prisons, pro-police et libérales. La cerise sur le ghetto : Angela Davis qui fait un discours suivi quelques minutes plus tard par... Scarlett Johansson, vous savez celle qui a abandonné son poste d'ambassadrice à Oxfam pour continuer à soutenir la colonisation de la Palestine, et qui se fait passer pour une asiatique dans des films.

J'ai lu et relu la page Mission and Vision du site internet de la marche, et ce au moins une dizaine de fois, et je dois vous avouer que je n'ai pas saisi le message (politique?), ce serait faire insulte au mot, d'user du terme "revendications". J'ai reçu le coup de grâce, avec la conclusion, une citation (merveilleuse) d'Audre Lorde mais que beaucoup aiment utiliser comme moyen de pacification et de détournement de la question du pouvoir : "Ce n'est pas nos différences qui nous divisent. C'est notre incapacité à les reconnaître, les accepter et les célébrer". On doit reconnaître un certain talent, je dirais même plus, un talent certain aux forces libérales, car réussir à trouver LA citation d'Audre Lorde, qu'on va pouvoir saucer au sel sans épices pour faire passer la pilule, c'est pas mal.

Il y a plusieurs témoignages de femmes racisées à propos des micro-agressions racistes qu'elles ont subies lors de cette marche, des femmes blanches se prenant en photos avec la police pour féliciter leur "ange-gardien", des visuels et images s'inscrivant dans le pinkwashing (celui qui a fait le plus débat est le visuel inspiré d'une photo de Munira Ahmed prise par le photographe Ridwan Adhami), la campagne de dénigrement contre la militante palestinienne-américaine Linda Sarsour venant de la droite américaine mais aussi d'une certaine Madame Fourest dont les obsessions ne sont plus un secret. En effet la marche des femmes n'avait pas de programme politique, mais certains groupes présents sont venus marcher avec celui que leurs organisations défendent au quotidien. Le discours d'Angela Davis, reprend la majorité des revendications politiques portées par les groupes féministes avec lesquels nous nous tenons en solidarité, et dont les voix ont été noyées lors de cette marche : contre les violence domestiques et étatiques, contre l'accaparement du pouvoir et du bien être, contre l'hétéro-patriarcat, pour la justice reproductive, contre l'exploitation capitaliste, pour l'abolition de la prison, la solidarité internationale, l'anti-impérialisme et l'anti-colonialisme...

Quand on y regarde de plus près, l'impact de cette marche est proche de zéro, les manifestations sans demandes politiques et qui en plus ne perturbent pas le système - c'est à dire l'activité économique et sociale - ne restent que des démonstrations numéraires à portée limitée… bien que très exaltantes et photogéniques. Il ne faut pas s'y tromper, marcher pour les droits des femmes, n'est pas une revendication politique, surtout en contexte occidental où féminisme blanc et féminisme libéral font office de référence. La lutte pour les droits des femmes, est à la lutte contre le patriarcat, ce que la mixité sociale est à la lutte des classes. On peut y mettre le meilleur comme le pire, mais force est de constater qu'il s'agit le plus souvent du pire qui se cache derrière cette appellation pacifique et humaniste : fémonationalisme, pinkwhashing, féminisme capitaliste... Dans une approche révolutionnaire et radicale, les organisations espèrent un mouvement de masse mais cela ne peut se faire par l'abandon d'un programme politique, au contraire il s'agit de construire un programme politique et les modalités d'actions qui feront que ce programme se propage, soit compris et obtienne l'adhésion du plus grand nombre.

Nous devons assumer notre objectif politique en tant que féministes radicales et révolutionnaires : l'abolition du patriarcat, rien de plus, rien de moins. 

×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

ITMTC 2016-2017
Qui sommes nous ?
 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
lundi 24 juin 2024